Mon Carnet de voyage #3
Carnet de voyage du 18 octobre 2019

Après une semaine en Chine, je trouve le moment, dans le train, de vous relater notre début sur le territoire chinois. Pour tout vous dire ce début en Chine est mi-figue, mi-raisin. Pour plusieurs raisons. Nous avons pu voir nos premiers temples et des lieux chargés d’histoire, on est dépaysé, pas de doute, et heureux d’être dans un pays avec une culture totalement différente de la notre. Mais voilà, Pékin est immense (on le savait oui!), et la pollution est bien présente, le bruit aussi, la conduite au Klaxon donnant le rythme à toute la ville. En ce qui me concerne, j’ai eu un peu l’impression d’étouffer. On le ressentait déjà en Russie, on est encore dans une ville, et même si Jérôme comme moi aimons vivre en ville, pour nos voyages, c’est la nature qui nous fait vibrer, alors après 10 jours de voyages, et 10 jours de citytrip on commence à saturer, il semblerait.

Et puis, je ne vous apprends rien, mais les Chinois sont nombreux, et ils constituent la majeure partie des touristes sur leur propre territoire, donc, je vous le donne en mille, il se passe la même chose à Pékin qu’à Paris concernant les touristes chinois : des hordes qui se déplacent ensemble à coups de coude, d’appareil photo géant et de raclement de gorge (Quand on a la chance qu’il ne pousse pas la chose jusqu’au crachat ! Charmant hein?). Je ne veux pas entrer dans les clichés, c’est une vérité ! Par contre nous n’avons rien vu d’autre de ce que nous avons pu lire sur la saleté des Chinois et tant mieux !

En ce qui concerne la barrière de la langue, cela aurait pu être un problème aussi, les Chinois ne parlent presque pas anglais (et français, on n’a même pas tenté hein!). Mais finalement non, cela nous a permis de voir à quel point les habitants de ce pays sont gentils et aidants, à chaque fois que nous avons été dans une situation compliquée, on a réussi à trouver de l’aide, souvent spontanée d’ailleurs. Alors ce n’est pas simple, mais nous ne sommes pas partis en voyage pour nous faciliter la vie !

On a vécu de beaux moments aussi ces six derniers jours, la grande muraille de Chine et les découvertes culinaires à Xi’an, les milliers de soldats de l’armée en Terre de l’empereur Qin et les voyages en train couchette, nos fous rires face aux regards des Chinois sur moi (Je suis blanche, blonde, les yeux bleus et j’ai les cheveux bouclés… Je suis tellement exotique, vous voyez !). On a beaucoup ri, c’est six derniers jours, on a été épaté : par les gens (en bien et en moins bien…) et les paysages, et on apprend tous les jours, sur nous-même et sur nos âmes d’aventuriers !

Nos coups de coeur

Pour cette première semaine en Chine, nous avons découvert deux des plus grandes constructions du premier empereur de Chine : la grande muraille et l’armée de terre-cuite. Ce cher Empereur Qin a unifié la Chine, et il est à l’origine de ces deux « monuments ».

La grande muraille de Chine.

Nous avons été la voir à Jinjangling, car la belle qui fait plus de 20 000 km, comprend des parties rénovées et d’autres non, et s’étend de Jiayuguan à la province du Hushan soit 2235 km à vol d’oiseau. Nous avons choisi ce tronçon car rénové en partie seulement et peu touristique. C’était le choix parfait ! Pour éviter les bus d’étudiants arrivés en même temps que nous, nous avons choisi un autre chemin et filé directement vers la partie non rénovée. Sur cette partie peu de monde, 4 – 5 personnes par parcelle entre chaque tour. On aurait voulu continuer sur cette partie, mais un territoire militaire la traverse. On a donc rebroussé chemin. La partie rénovée est superbe aussi et nous a permis de nous rendre compte de l’ampleur de la puissance défensive de la muraille, son but premier. On a aussi pris le pique-nique sur la grande muraille, et ça je l’avoue c’est un souvenir qui restera dans nos mémoires.

Cette escapade loin de la ville nous a faits du bien, d’autant plus qu’à partir de 15 h environ, nous étions presque seuls sur la muraille. On commence alors à sentir le poids des merveilles qui nous attendent pour la suite du voyage… Surtout qu’au-delà de la construction humaine, ici le paysage sur les montagnes est magnifique aussi.

L’armée de soldats de terre de l’empereur Qin

Ce cher empereur Qin, a créé une armée de soldats en terre cuite pour son tombeau. Celle-ci le protégerait dans sa prochaine vie. Mais il n’était pas homme à faire les choses à moitié, plus de 6 000 soldats auraient été sculptés pour cette armée fictive. Des cavaliers avec leurs chevaux, des archers, des généraux, la totale… Le lieu a été découvert par un fermier chinois alors qu’il creusait un puits, les terres sont revenus à l’Etat et le fermier à reçu en compensation un mois de salaire à l’époque soit 30Y, il a aussi pu ouvrir une boutique, le chanceux…La restauration continue, mais les soldats sont peints et la peinture, au contact de l’air, s’oxyde et disparaît, les autorités ont donc décidé de stopper l’extraction des sculptures en attendant d’avoir la technologie nécessaire à leur préservation .

On a adoré ce lieu qu’on a visité avec un guide, c’était abordable et franchement nécessaire pour bien comprendre l’histoire, et l’avancement du projet. Ce qui m’a le plus marqué, ce sont les détails sur les sculptures, les visages sont différents, et rien a été oublié, les armes, les gourdes, les flèches, ces soldats de terre sont équipés comme de véritables soldats. 

La ville de Xi’an et nos découvertes culinaires

On a quitté la folie pékinoise pour filer vers Xi’an une plus petite ville, mais pas tant ! Elle compterait plus d’habitants que la Suisse entière…Arrivé dans notre auberge après une heure de marche et une nuit en train couchette et sans petit-déjeuner… J’étais d’humeur très joyeuse vous voyez bien… On nous propose d’accéder à la chambre avant l’heure de check-in ! Alléluia, le meilleur accueil que l’on pouvait me faire… On a passé la journée au calme, réglant nos problèmes de connexion internet et la logistique (lessive tout ça, tout ça…). Le soir, on a découvert le quartier musulman qui entoure notre auberge et les échoppes de nourriture proche de la Drum Tower (tour des tambours). Bonheur total, après Pékin et les tonnes de pain fourré à la viande que nous avons mangé, nous allions pouvoir diversifier notre régime alimentaire. 

Si nous étions restés à Xi’an plus de 2 jours, je pense que nous aurions goûté tout ce qui se vends dans cette rue. Cette ville est aussi très jolie le soir, les monuments et les remparts sont illuminés. Les fontaines sont transformées en spectacle son et lumière. La ville semble être restée traditionnelle malgré les dizaines d’immeubles en construction en périphérie de la ville. 


J’ai été plus longue que ce que je pensais ! J’ai déjà tellement de choses à dire… Ce sont mes premiers billets de blog, j’espère vraiment qu’ils vous plairont et vous permettront de voyager un peu avec nous ! Notre route continue vers Emeishan au pied du Mont Emei. Le but ? Gravir cette montagne sacrée et ces 60 000 marches ! Affaire à suivre donc…

A trés vite ! Aurélie