Carnet de voyage #2

Carnet de voyage du 10 Octobre 2019

Un titre évocateur n’est-ce pas? Pour ce premier billet sur notre voyage, j’ai des choses à raconter !

Je vais te raconter une petite histoire, la petite histoire du visa Russe.

Tu n’es pas sans savoir, surtout si tu fais parti de la team des copains d’Irlande, qu’un gros point de la préparation du voyage a été le visa Russe. Paperasse et délais serrés, c’était le stress ! Mais sans trop de soucis, on a obtenu notre graal pour la 1ère étape du voyage, avec un visa d’une semaine du 1er au 8 Octobre (1er détails important pour cette affaire Russe).

Le 1er Octobre, nous débarquions à St Petersbourg, après un réveil raté, deux vols retardés et une escale à pas de course, l’aventure débutait ! Nous avons mangé russe, visité la ville des tsars, et celle de la création de la Russie, on a dormi en train couchette, manger du caviar et bu de la vodka, pas d’encombres, le moment de partir est arrivé.

Oui mais… Non.
Nous voilà le 8 octobre, date de la fin de notre visa Russe, et de notre départ pour Pékin, avec un vol avec escale en Russie (2ème point important de cette affaire) au départ de Moscou. 

Nous arrivons à l’aéroport vers 15h pour un départ à 22h, large ! On voulait se poser un peu… L’enregistrement des bagages est déjà ouvert, alors, on décide de se débarrasser de nos sac de 10kg. Au comptoir, l’hôtesse semble perplexe, elle regarde nos visas, passe un appel, discute avec un collègue, le tout en Russe… Elle finit par enregistrer nos bagages, nous donne nos deux billets pour nos deux vols et nous dit « il faudra récupérer vos bagages au moment de l’escale », OK. 

Puis quelques minutes après, je vois bien que Jerome est dubitatif…

Il m’expose donc ce qui le chafouine :
Si nous récupérons nos bagages, nous serons obligé de sortir de la zone internationale puis d’y rentrer à nouveau (oui car on récupère toujours les bagages après la douane), mais on sera le 9 Octobre, et nos visas seront expirés, donc il ne nous laisserons jamais rentrer à nouveau.

Ah !… Oui…
Moi : « si elle nous a pris nos bagages c’est que c’est bon chaton, ils sont tellement parano ici qu’il n’y a pas de risque  que : 1. Le consulat nous ait filé un visa trop court vu tout ce qu’on a du fournir, billet d’avion compris, 2. On nous ait enregistré si lors de notre escale on a pas le droit d’être sur le territoire Russe. »

Jerome, lui, a écouté son instinct. Il a fini par lire des trucs sur internet qui parlait de personne renvoyée au pays presto, il a décidé d’aller en parler à la compagnie. Et il a bien fait ! Nous avons passé 3h à ne pas savoir ce qui se passait vraiment, a échanger avec un agent russe via google traduction. Et la conclusion a été simple : le 1er vol n’était pas international mais interne (Russie-Russie), donc pas de transfert par la zone internationale qui nous permettait de ne pas avoir besoin de visa lors de notre escale. Si on prenait le 1er vol, à notre arrivée à la douane, on aurait une « amende élevé pour nous et l’entreprise et la prison pour nous » (message que l’agent de l’aéroport nous a écrit au moins 5 fois sur google traduction !). Il fallait prolonger le visa.

Oui mais… Encore non !
Car le consulat Russe contacté par la compagnie a refusé de le faire, et comme après tout cela il était 20h, l’ambassade était fermée donc aucun moyen de prolonger le visa avant minuit (en imaginant que cela aurait pu être possible…) C’était la seule solution proposée par l’agent de l’aéroport, la seule ! Et elle était impossible…

Il était impossible de rester sur le territoire Russe avec un visa expiré, même si on a découvert une Russie moderne et très occidentalisée, nous n’avions pas de doute sur le fait qu’il ne rigolait pas avec ça.

Alors on a trouvé la solution seul… On a décidé de prendre un autre vol, sans escale en Russie, un vol international avec escale en zone internationale qui nous permettait de ne pas avoir besoin de visa. Jerome est donc parti récupéré les bagages.

A noter, qu’ils avaient l’air impatient de nous les rendre… Nous pensons qu’ils n’auraient pas du nous enregistré à l’aéroport et qu’ils étaient eux aussi en tort, vis-à-vis de nous et de l’immigration, mais nous ne saurons jamais vraiment…

Moi j’ai fini de converser via google raduction avec l’agent de l’aéroport, je lui ai soumis l’idée de prendre un autre vol avec Emirates, il a trouvé que c’était la meilleure solution, plutôt que d’être immigré illégal avec peine d’amende, de prison et de renvoi à la maison, effectivement c’était une meilleure solution, nous ne le remercierons pas de nous avoir aider à la trouver !

On a donc payé 500€ de billets chacun pour un vol avec Emirates : Moscou – Dubai – Pékin avec un départ à 23h20, tout pile dans le délai du visa. 

Et bam la mésaventure à 1000€ ! 

Nous avons réussi à garder notre calme durant toutes cette histoire, et entre nous compris ! Quelques regards noirs en coin qui voulait dire « je prends sur moi là, prends sur toi aussi ! » qu’on a tous les deux très bien géré ! 🙂 Je suis plutôt fier de nous, nous savions tous les deux que cela pourrait arriver, niveau budget on avait prévu ce genre de chose, mais pas si tôt dans le voyage ! 

Bref, nous sommes parti boire une bière, manger un burger, nous avons passé la douane, et  nous nous sommes dit que nous ne reviendrions pas dans ce pays !

Je vous parlerais plus tard de ce qu’on a aimé en Russie, mais le gout amer d’un visa, mal fait par le consulat, ne nous laisse pas le meilleur des souvenirs… Cela n’a fait que confirmer que nous avons du faire un dossier administratif énorme, qu’ils n’ont pas dû lire, car nos billets d’avion étaient des documents obligatoires pour l’obtention du visa… Bref !

Le voyage c’est aussi ça ! L’aventure c’est aussi ça ! Les imprévus, le stress, la gestion de crise. Pas de doute, nous allons encore apprendre sur les visa et les transferts aériens, pas de doute, nous allons apprendre énormément sur nous ! Et le voyage c’est aussi être positif, j’écris ces lignes dans un A380 Emirates, avec une place de choix pour les jambes, du wifi, j’ai eu des repas qui avait du goût et un transfert dans un aéroport avec des transats pendant l’escale ! La chine on arrive, on a hâte !

Dans les prochains jours nous irons découvrir l’une des merveilles du monde moderne : La grande muraille de chine. La vie est belle.